J’ai horreur des chaussettes de tennis pour homme !

sandales_chaussettes

Allez, j’assume, je vais encore passer pour la jeune femme (oui, jeune !) tatillonne (pour ne pas dire chiante… Je vous entends !)

Dans la catégorie

« qu’est-ce qui pourrait être rédhibitoire chez un homme ? »,

j’ai plusieurs nominés : le manque d’hygiène, la taille (j’ai déjà donné dans le nain de jardin et sacrifié 8 ans de chaussures à talons, c’est fini !), le manque de savoir-vivre, l’alliance, le prof, la misogynie, le Daniel Cleaver et… la chaussette de tennis ; enfin, les chaussettes de tennis puisque, normalement, elles vont par deux et qu’avec un peu de chance, elles ont les mêmes couleurs.

Non, franchement, un mec qui porte des chaussettes de tennis pour faire autre chose que du sport, ça aurait tendance à me faire déguerpir.

Je crois même que je serais capable de fuir au moment M si je m’apercevais que monsieur porte des chaussettes de tennis. Ah mon dieu non !

C’est tout simplement immonde ! La chaussette bien épaisse en coton, avec ses traits bleus et rouges, quelle belle preuve d’originalité !

Attention, dans certains cas, un vent de folie souffle sur la largeur de la rayure, voire sur la couleur (j’en ai eu vu des vertes et rouges !), mais la matière reste la même.

En outre, point de non-conformisme pour ce qui est de la hauteur de la chaussette : elles ont toutes cette hauteur bâtarde au quart du mollet… quand il y a encore un élastique…

Parce que le grand drame de cette variété de chaussettes, c’est l’élastique ; ce fichu élastique qui ne résiste pas bien longtemps, généralement et qui fait que vous vous retrouvez avec un homme avec des accordéons aux pieds, en guise de chaussettes. Et pour que ce soit plus amusant, sur la même paire, il n’y a qu’un des deux élastiques qui faillit à sa tâche : l’autre reste vaillant.

C’est ce qui explique que ces messieurs se retrouvent ensuite avec des chaussettes dépareillées.

Mais le pire du pire de la chaussette de tennis se situe au niveau du talon. Autant l’élastique n’est pas bien résistant, autant la chaussette en elle-même bénéficie d’une endurance à toute épreuve.

Et tout doucement, au niveau du talon, se dessine un… comment dire… non, « trou » n’est pas le mot adapté… un espèce de filet, un grillage, un maillage de la grosseur d’une pièce de 5 Francs, pardon, 2 euros. (même le prix des trous a augmenté !…).

Mais, jamais ô grand jamais, cette usure au niveau du talon ne se transforme en trou : cela forcerait l’Homme à jeter la chaussette coupable.

Non, cette usure est de plus en plus prononcée, on distingue nettement la peau, mais non, la chaussette ne cède pas !

Au final, les paires de chaussettes de tennis sont soit dépareillées, soit sans élastique, soit quasi trouées au talon… Charmant…

Et le pire, dans l’histoire, c’est que la seule fois où l’Homme va faire les courses seul, il revient triomphant un paquet de 10 paires de chaussettes de tennis à la main en s’exclamant

« il y avait une super promo, 4€ les 10 paires… Je les ai prises, ça sert toujours des chaussettes !!! »…

Et ce qui est encore plus charmant, c’est ce avec quoi sont associées les dites chaussettes. Avec une paire de baskets et une tenue de sport, disons que c’est utile, donc tolérable. Disons que la basket est la seule association heureuse avec la chaussette de tennis.

Parce que quand vous voyez la chaussure de ville en cuir associée à la chaussette sportive, ça en est désespérant. Certains petits malins dissimulent leurs chaussettes honteuses sous des bottes ; soit… Mais d’autres les exhibent au travers de leurs tongs ou de leurs sandales…

Et pour ces derniers, pas de pitié : il faut leur dire que c’est tout simplement abominable et qu’ils sont passibles d’une amende par la Brigade du Bon Goût…

Par conséquent, je m’autoproclame à ce jour Grande Présidente du CACT ( Comité Anti Chaussette de Tennis) et déclare ouverte la chasse à la chaussette de tennis utilisée autrement que pour faire du sport.

Ça ne peut plus durer… et si mon prochain zamoureux a des chaussettes de tennis… je les lui brûle !!!

Je serais curieuse de savoir combien d’entre vous ont vérifié leurs chaussettes à la lecture de ce billet…