Le blues de la maman

Psychologue
Psychologue

Oui, je parlais du terrible two il y a quelques billets de çà. Bien figure-toi qu’on n’est en pas sortis…

Parce qu’on est toujours dans les mêmes crises et que je viens de m’apercevoir qu’il y aurait même peut-être un peu de complexe d’Oedipe là-dessous aussi. C’est te dire que je jubile !

Alors je dis ‘peut-être’ car 3pommes est encore « jeune ». On dit que l’Oedipe se fait entre 3 et 6 ans, et le mien en a 2 et des poussières. Et puis l’autre truc c’est que c’est à son père qu’il s’accorche (donc pas le sexe opposé). Et encore l’autre truc que ce n’est pas spécialement par des marques d’affection et d’amour. Bon OK, ahem, ce n’est pas du tout d’Oedipe dont il est question.

Allez, ne te moque pas, çà veut dire que je réfléchis à la question et que j’essaie de trouver des pistes vers la résolution du problème…

Je rigole là, mais sur le moment, je peux te dire que j’ai plutôt envie de pleurer. Hier matin, je crois que je n’ai jamais (de sa courte vie) crié aussi fort et aussi longtemps sur 3pommes.

La chronologie type de ces situations est : 1) pour raison x y ou z, il en arrive à faire une crise (roulage par terre, pleurs et cris) 2) je tente de le contenir calmement en prenant sur moi, mais en vain 3) ce qui le met encore plus en colère, il pleure de rage et tente de me taper 4) c’est foutu, je sors de mes gongs 4) retournement de situation, il prend conscience qu’il m’a mise en colère et pleure maintenant de culpabilité en demandant les bras 5) je le prend dans mes bras et le console.

Eh bien, hier matin, pour la première fois, je suis sortie de mes gongs en criant très très fort sur lui (étape 4) et il n’y a pas eu d’étape 5. Et je n’ai pas culpabilisé, parce que quand c’est trop, c’est trop.

 

Alors. Mauvaise mère ?

Mon analyste (oui, je « consulte » comme on dit dans les milieux autorisés) m’a déjà parlé du concept mauvaise mère/mauvais enfant. Il s’agit d’un cercle vicieux qui s’est gentiment instillé dans notre relation sans qu’on ne s’en aperçoive, intimement lié à mon enfance/mes angoisses et dont je n’arrive plus à me dépêtrer. Pour schématiser : 

Lala Lalilala (tu vois Candie dans la prairie qui se promène inocemment ?) : j’ai mon background avec mes angoisses et mes peurs (et je ne demande rien à personne, j’ai juste un enfant) → 3pommes fait une bêtise, me parle mal, etc. → Sa réaction active inconsciemment une de mes angoisses ou peurs  → Je réagis de manière inappropriée car empreinte de mon background → Il reçoit le message qui dit « c’est mal, tu es un mauvais garçon » → Il culpabilise et pleure → Je culpabilise et pleure. Il recommence sa bêtise et le schéma se remet en marche. La récurrence est la preuve de mon échec : je suis une mauvaise mère. Je culpabilise.

Je culpabilise, tu culpabilises, il culpabilise, nous culpabilisons, vous culpabilisez, ils culpabilisent.

Ben on n’est pas couchés, hein.

Article d’une maman anonyme